Vers un peu plus de compréhension...

Aller en bas

Vers un peu plus de compréhension...

Message  Thiersa le Ven 27 Fév - 20:07

Ce post a pour but d'informer en priorité ceux qui ne sont pas atteints de spasmophilie mais qui font cette formidable démarche de se renseigner pour comprendre ce que vit votre entourage.

Quand la spasmophilie fait son entrée dans la vie d'une personne, celle-ci s'en retrouve inévitablement chamboulée...Quel spasmophile ne se souvient pas de sa première crise? Comment poursuivre une vie comme si rien de s'était passé quand on a vraiment vécu la sensation de mourir, l'impression que le coeur lache, quand on ne peut plus respirer...? Mais surtout quand cette inauguration est le début d'une longue série dont on ne voit pas le bout.
Alors nageant en pleine incompréhension, entouré par la peur, vous commencez a consulter des médecins...
Comprenez que pour beaucoup le rapports aux médecins devient compliqué quand après avoir passé des tonnes d'examens on vous considère comme malade imaginaire, ou encore comme dépressif. Il se peut que le mot tombe et qu'on pose le diagnostic de la spasmophilie ...mais comment croire à un syndrome quand on en donne une définition qui ne correspond pas à ce que vous vivez?
Le sentiment de solitude est très présent chez le spasmophile qui se sent rapidement perdu et abandonné.
Malgré plusieurs "phases" par lesquelles passent le spasmophile, il n'en reste pas moins (très souvent) une personne combative qui veut s'en sortir et qui fait le maximum pour cela...
Le fléau de ce syndrome c'est qu'effectivement la spasmophilie n'est pas une fatalité MAIS que peu de professionnels connaissent et reconnaissent vraiment ce syndrome/maladie et donc peu sont en mesure de le traiter.

Enfin je voudrai finir ce post par quelques conseils à appliquer quand il s'agit d'aider un spasmophile.

1) De grace, ne faites pas l'erreur de considérer que la spasmophilie est une maladie mentale. Cela ne signifie pas qu'une aide psychologique n'est pas conseillée, nécessaire voire même indispensable!

2) Dans les moments difficiles, les démarches prennent des dimensions démesurées pour tout le monde, alors n'hésitez pas à vous renseigner, a prendre des rendez vous, à accompagner. Vous n'imaginez pas a quel point c'est important. Renseignez vous (et pour cela le meilleur livre que j'ai trouvé est "LA MALADIE INVISIBLE" de Paul Belaiche.)

3) Le spasmophile culpabilise beaucoup d'imposer sa maladie à son entourage, (même s'il n'y peut rien bien entendu), il se sent souvent diminué en fonction du degré de spasmophilie dont il est atteint. Restez dans cette logique de patience et d'écoute (et de recherche de professionnels compétents surtout). A savoir, un spasmophile "tranquilisé" n'est pas un spasmophile stabilisé... à méditer. scratch

4) Enfin et surtout, (message adressé au conjoint(e)s plus particulièrement) pensez a vous!! Il n'est pas tous les jours facile de vivre avec un spasmophile non stabilisé alors ne culpabilisez pas à vous accorder du temps pour vous. Rechargez vous batteries de temps en temps Wink
avatar
Thiersa

Messages : 54
Date d'inscription : 08/02/2009
Age : 30
Localisation : Paris

Grille de yam's
1:

Voir le profil de l'utilisateur http://spasmofil.asso.st

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum