Je suis spasmophile... Et maintenant?

Aller en bas

Je suis spasmophile... Et maintenant?

Message  Thiersa le Lun 22 Fév - 12:02

Je suis spasmophile. Que faire?

Une ènième crise, vous avez été transporté aux urgences, le dignostic vient de tomber.
Vous êtes spasmophile.
On vous a donc renvoyé chez vous en vous disant que vous allez bien...
Et maintenant?

Ce sujet est spécialement consacré aux "nouveaux" spasmophiles. Ceux pour qui le diagnostic vient de tomber, sans explications supplémentaires...


Qu'est ce que la spasmophilie?

La définition admise est "hyperexcitabilité neuromusculaire et affective."........ Cette définition mérite une explication.

Shématiquement, notre système nerveux est composé de deux grandes parties.
Le système nerveux sympathique qui est là pour mettre en "alerte", préparer le corps à l'activité physique et intellectuelle. Il contrôle une grande partie des activités inconsciente de l'être humain ( rythme cardiaque, contraction des muscles lisses)
Il est associé à l'adrénaline et la noradrénaline.

Et le système parasympathique
Il agit sur certains organes en les ralentissant, mais également en stimulation le système digestif. Il est associé à un neurotransmetteur : l’acétylcholine.

Ces parties travaillent en alternance. Cette alternance constitue l'équilibre.
Voilà pourquoi vous ressentez des symptômes, voire des crises. Votre système neurovégétatif est "déréglé".

D'accord mais pourquoi?

(ce qui va suivre n'est pas démontré scientifiquement, mais juste retrouvé dans énormément de cas)

D'une part, parce que vous avez sans doute "un terrain" propice à ce dérèglement. (Vous êtes probablement anxieux, sensible.)

D'autre part parce qu'à moment donné de votre vie ou avez eu un choc, un accident, une opération, une grande fatigue qui a fait "déborder le vase" et à permis au syndrome de se développer.

Bon c'est bon à savoir mais maintenant qu'est ce que je fais?

Tout d'abord quelques examens...

D'abord il y a le signe de Chvostek qui provoque des contractions involontaire des nerfs de la face surviennent lors d'une stimulation distante chez les spasmophiles.
(exemple en image : https://www.youtube.com/watch?v=qWFTaGE5hR4)

Ensuite, énormément de spasmophiles ont des carences (principalement en vit D, magnésium, fer, phosphore, calcium). Il est donc important de faire une analyse comportant ceci:

Analyse sanguine comprenant :
- NFS
- Un ionogramme sanguin (NaKCL)
- Calcémie
- Ferritine
- Fer sérique
- TSH
- Calcémie

Analyse d'urine (super important) comprenant :
- Magnésium urinaire
- Phosphore urinaire

Enfin il y a l'examen de prédilection du spasmophile: l'éléctromyogramme:
Les nerfs et les muscles, fonctionnant à l’aide de courants électriques de très faible intensité, un électromyogramme est l’examen qui permet d’étudier leur fonctionnement : on analyse ainsi la contraction musculaire et la conduction nerveuse (capacité des nerfs à conduire le courant nerveux).
L’électromyogramme évalue la sévérité d’une atteinte nerveuse, précise le type d’atteinte et son niveau, s’il s’agit d’une maladie localisée ou plus générale.
Il est indiqué lorsque l’on suspecte une maladie de la racine nerveuse, du nerf, de la jonction entre le nerf et le muscle, ou du muscle. Il décèle avec certitude une spasmophilie.

Une fois les examens faits... ?

D'abord et cela va sans dire, rétablir les carences trouvées. Il est important d'adopter une bonne alimentation et un ryhtme de vie correct afin de pas trop soliciter le système neurovégétatif, fragile chez les spasmophiles.
Une activité physique est également très importante pour transformer la fatigue nerveuse en fatigue physique.

Selon les symptomes, leur fréquence et leur sévérité, il est vivement conseillé d'avoir recours à des traitements naturels pour équilibrer en douceur le corps. (Exemple: dans le cadre de symptomes cardiaques dans le cadre de la spasmophilie, l'aubépine peut être d'un grand secours....) Pour un traitement adapté, vous pouvez consulter un homéopathe.

A coté de cela, beaucoup se trouvent en les médecines douces des soulagements considérables. Qu'il s'agisse de sophrologie, yoga, acupuncture, hypnose, relaxation, méditation, tout est bon pour calmer les tensions du quotidiens qui à la longue épuise notre corps.

Il peut être bon (parfois nécessaire) de suivre également une psychothérapie.

Il est évident,( et nous l'avons vu plus haut), que la spasmophile n'est pas "dans la tête" mais, cette accompagnement dans la stabilisation de vos troubles peut être d'un grande aide afin de d'éviter des problèmes plus que la spasmophile pourrait engendrer.
(Depression reactionnaire, phobies...)



Enfin pour finir quelques petites recommandations:


-Eviter les excitants (café, tabac, alcool...)
-Eviter les "trop" (trop froid, trop chaud, trop tard... les spasmophiles doivent plus que quiconque être dans le juste milieu)
-Parlez au maximum. Exprimez vous. Il n'est pas toujours facile de se faire comprendre par l'entourage.

Sachez que l'assocition Spasmofil va bientôt créer une ligne d'écoute pour les spasmophiles.
avatar
Thiersa

Messages : 54
Date d'inscription : 08/02/2009
Age : 31
Localisation : Paris

Grille de yam's
1:

Voir le profil de l'utilisateur http://spasmofil.asso.st

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum